Exposition
7. 7. 2022 – 8. 1. 2023

Nanda Vigo

el espacio interior

Logo du MADD

Mapa interactivo

Drapeau langue FrançaisDrapeau langue EnglishDrapeau langue Español
<<< Back to the map

C1. Trigger of the Space

See the localization on the map

« J’ai toujours aimé l’art d’une telle façon qu’il me semble impossible de distinguer l’objet quotidien de son influence artistique. »
Nanda Vigo
There’s Design and Design, but how about artistic Design?
Milan, 1er octobre 1993



Nanda Vigo, Trigger of the Space, 1974 - Miroir, néon - Courtesy of private collection, Milan & Courtesy of Archivio Nanda Vigo, Milan © Valérie Sadoun
 

Cette deuxième partie de l’exposition présente la matérialisation des recherches mystiques de Nanda Vigo. À partir de 1972, l’artiste s’engage dans un parcours ésotérique nourri par des expériences vécues au cours de nombreux voyages au sein de cultures extra-européennes comme l’Égypte, l’Iran, l’Inde, le Népal et le Mexique. La richesse de ces expériences l’amène à développer et à intégrer une dimension spirituelle à ses créations. Elle découvre des signes et des formes symboliques qu’elle utilise pour composer un alphabet qui enrichit son langage personnel. Le triangle, le carré, le rectangle et le cercle pour les réalisations en deux dimensions ; la pyramide, le cube, la sphère et le cylindre pour les volumes.

Nanda Vigo, dans le texte Exoteric Gate (attraverso il sogno cosmico), (1976), met en avant une trilogie en trois plans entre le réel, l’irréel et la transcendance. Trois états à la base de ses recherches, que les surfaces réfléchissantes parviennent à déclencher, bien qu’il soit impossible « [...] de déterminer le moment exact où l’irréel devient réel pour prendre l’aspect transcendant de l’illusion. »

À travers la série d’œuvres Trigger of the Space (déclencheur d’espace), qu’elle commence dans les années 1970, Nanda Vigo module et modifie notre espace-temps. Ces sculptures pyramidales lumineuses aux reflets spectaculaires sont réalisées avec des miroirs et des néons. Elles apparaissent comme des tremplins vers de nouveaux mondes, des passerelles vers l’univers immense et inconnu. Ce ne sont pas des objets contemplatifs, que l’on regarde frontalement comme un tableau ou une statue. Il faut les vivre intérieurement, comme des espaces, pour y ajouter nos vécus sensoriels. Les Trigger of the Space créent une interaction avec les récepteurs qui deviennent aussi, en même temps, les producteurs de l’œuvre - leurs reflets interagissent avec l’espace qui se réfléchit sur les surfaces de l’objet en miroir.
 


© Valérie Sadoun



© Valérie Sadoun
 


© Valérie Sadoun
 


© Valérie Sadoun